Mystère du septième jour

L’expression « mystère du septième jour » fait référence au passage apocryphe du Livre des Ternes qui explique comment la conscience est devenue la quintessence de l’existence dans l’univers, et de ce fait les pouvoirs de la conscience sur la réalité ainsi que les lois régissant Tsõkãn. Le mystère réside en 3 points: pourquoi Dieu s’est-il reposé? De quoi a-t-il rêvé ? Et pourquoi a-t-il pleuré ? 

extrait du Livre des Ternes:

« Alors qu’il se reposait de son ouvrage, Dieu fit un rêve. Une larme s’échappa de son œil gauche, coulant le long de sa joue pour se précipiter sur terre. Alors un nuage clair enveloppa la surface du monde. 

L’homme dit aux autres créatures « Voyez! Il s’est endormi et sa face à changée ».

Toutes les créatures qui marchaient à la surface du monde s’arrêtèrent. Toutes levèrent les yeux et contemplèrent le visage de Dieu.

Toutes les créatures volantes sillonnant les airs se posèrent au sol. Toutes levèrent la tête et contemplèrent le visage de Dieu.

Toutes les créatures aquatiques fendant les eaux remontèrent à la surface. Toutes levèrent la tête et contemplèrent le visage de Dieu.

Toutes les créatures se reposant à la fraîcheur des sous-sols remontèrent à la surface. Toutes levèrent la tête et contemplèrent le visage de Dieu.

Et toute créature baignée par la divine nuée se vit offrir le don de créer selon sa conscience, à l’image de son créateur.

Toutes sauf les créatures qui ne voulurent pas écouter l’appel de l’homme et qui préférèrent rester cachée de la face de dieu, rampant sous les roches, la terre et la boue. Celles-ci, ne voulaient pas du don de dieu et elle ne furent pas bénies par lui. »